Point MACRO du 07 janvier 2019

Après la pluie (l’orage !),… le beau temps ?

2018 : Annus horribilis, tant pour le marché actions que pour les autres classes d’actifs

2019 : un début d’année qui démarre en fanfare …, comme souvent pour l’année qui suit une année rouge !

Rapide bilan de l’année 2018

CAC 40 : -11%         &         MDD : -20% (Mai)

Analyse chartiste mensuelle [2017 / 2019]

MDD : Max Drawdown (amplitude de perte max)

CAC Small caps :    -27%              &         MDD : -34% (Février)

Analyse mensuelle [2011 / 2019]

La recherche de la liquidité a fait plonger le marché des Mid & Small Caps en France, comme en Europe.

Mécanisme des crises bousières

  • Dans une période de croissance, les capitaux quittent les secteurs économiques les moins porteurs, pour se porter vers les nouveaux secteurs en pleine croissance : c’est une explosion de la croissance grâce à la prolifération du crédit.
  • La hausse des cours s’accompagne souvent d’une forte spéculation génératrice d’une bulle. La valeur des titres s’éloigne inexorablement de leur valeur réelle.
  • Au premier signal d’une baisse de la croissance, les « zinzins » vendent les titres. En effet, une récession entraine la baisse du bénéfice par action, ce qui rend les actions surévaluées. La panique s’installe alors sur les places boursières car plus aucun acheteur ne se présente…C’est l’éclatement de la bulle spéculative, la liquidité n’est plus au rendez-vous.
  • Puis in fine les titres sont achetés à la casse, à bon compte, par les zinzins ou les banques centrales, préteur en dernier ressort !

La question que l’on doit donc se poser est donc de savoir :

  • si un titre est surévalué
  • ou si la croissance du secteur justifie la valorisation du cours de bourse d’un titre…

Exemple

  • Le profit warning annoncé fin décembre par Tim Cook, DG d’Apple, annonçant la révision à la baisse de la prévision de chiffre d’affaires du groupe pour le premier trimestre 2019 a fait chuter le titre de 10% !

Le titre de la pomme était-il surcoté ou le secteur de la tech est-il par trop impacté par la guerre commerciale sino-américaine, générant une baisse prévisionnelle des ventes d’iPhone en Chine ?

2018 : quels furent les signaux qui ont inquiété les marchés ?

Des facteurs géopolitiques à l’évidence

  • Instabilité politique en Europe: Brexit, Italie (Budget), Allemagne (crise automobile, Angela Merkel sur le départ), Espagne, Pologne et autres pays aux accents croissants d’extrémisme, France (mouvement des gilets jaunes), l’épineuse question des migrants…
  • Instabilité politique aux Etats-Unis: Donald Trump est ses tweets controversés, le blocage ou rejet de tous les accords multinationaux au profit de conventions bilatérales (America First), la valse des conseillers, la guerre douanière envers la Chine en réclamant notamment une meilleure protection de la propriété intellectuelle des américains et un accès au capital des entreprises chinoises…
  • Instabilité politique dans le monde : Russie (Vladimir Poutine et ses envies de gloire, de rêves d’empire), l’Arabie Saoudite (sa guerre de religion au Yemen, l’affaire Khashoggi), Corée du Nord (crise nucléaire), Syrie, Iran, Israël (les éternelles tensions du Moyen-Orient), à présent le Brésil et le risque du retour à une dictature…

 

Des facteurs plus économiques

  • Des indicateurs (PMI, qui mesurent l’activité manufacturière, industrielle), en Europe, en Chine indiquent, mois après mois, un ralentissement de la croissance. Depuis le krach de l’été 2015, les actions chinoises ont chuté de 50% (30% en 2018). Seule l’économie américaine résiste avec une consommation des ménages toujours dynamiques, un plein emploi, une hausse des salaires. L’économie mondiale est inhabituellement polarisée !
  • Un ratio historiquement élevé (45%) entre le montant de la dette des entreprises américaines et le PIB. A ce niveau, il a été suivi d’une récession en 2002 et en 2008.

 

Des facteurs financiers

  • Politique de la banque centrale américaine (FED) : une remontée des taux monétaires qui attire les flux de capitaux dollars au dépend des autres pays, principalement émergents.

Un resserrement du spread CT / LT qui inquiète aussi les marchés, car celui-ci figure parmi les signaux avancés de récession économique.

2019 : Quelles espérances ?

De bonnes nouvelles pour débuter l’année !

  • La guerre commerciale Etats-Unis / Chine semble vouloir trouver une sortie favorable : les marchés financiers des deux super puissances ont effet intérêt à trouver un accord pour relancer la croissance mondiale et … la hausse des bourses locales.
    • Une délégation américaine se rend cette semaine en Chine.

 

  • Chine :
    • L’activité des services a fait mieux que résister pour atteindre un plus haut de 6 mois
    • La banque centrale chinoise a annoncé vendredi dernier une nouvelle baisse du ratio de réserves obligatoires des banques
      • Une mesure destinée à faciliter le crédit aux PME.

 

  • Banques centrales:
    • FED : « Et le Verbe parla ! »… Jérôme Powell a évoqué, vendredi dernier, être à l’écoute des marchés.

Traduction :

– une pause possible dans le relèvement des taux monétaires,

–  ainsi que la possibilité de modifier sa normalisation « automatique » des liquidités (-50 Mds $ / mois) si besoin.

 

  • BCE : Benoît Cœuré a assuré que les taux resteraient bas, aussi longtemps que nécessaire

Wall Street a enregistré sa plus forte hausse pour une 3ème séance de l’année… depuis janvier 1932 !

Conclusion

  • Un ralentissement de la croissance mondiale ne signifie pas systématiquement une récession…
  • La correction des marchés a réduit le niveau de survalorisation des actions. Certains titres sont désormais sous-cotés.
  • La saison des résultats trimestriels aux Etats-Unis débutera la semaine du 14 janvier. Ce sera l’occasion de mesurer dans les comptes l’impact du ralentissement économique mondial, et de vérifier si les fondamentaux jugés solides il y a encore quelques semaines sont aussi solides qu’escompté.

Il est encore trop tôt pour valider le scénario d’une reprise

En revanche, il est temps de retourner sur le marché actions en privilégiant :

  • Les valeurs défensives
  • Les actions values
  • Les secteurs particulièrement massacrés.

CAC 40 : à surveiller un premier signal haussier, le seuil des 4.762 points, puis celui des 4.936 points.

Une invalidation de ces franchissements, voire la rupture à la baisse des 4.555 points seraient un mauvais présage…

 

BONNE ANNEE BOUSIERE, PLEIN D’OPTIMISME !!

Avertissement

Ce blog hebdomadaire est la traduction subjective d’évènements écoulés dans la semaine, avec un prisme d’analyse court-terme. Il appartient donc aux lecteurs de prendre du recul, de relativiser certains phénomènes en les mettant en perspective sur le long terme.

Ce document constitue une présentation conçue et réalisée par KMH Gestion Privée à partir de sources qu’elle estime fiables (Financière de l’Arc, Zone Bourse, Boursorama, BFM, Bloomberg, Investing.com, Waldata, … pour les principales sources d’information). Il ne peut être utilisé dans un but autre que celui pour lequel il a été conçu et ne peut pas être reproduit, diffusé ou communiqué à des tiers en tout ou partie sans l’autorisation préalable et écrite de KMH Gestion Privée.

Facebooktwittergoogle_pluspinterestlinkedin