Point Macro Economique du 17 juin 2019

Les marchés veulent croire en une sortie positive du bras de fer Xi / Trump, en dépit de l’avis d’orage qui s’annonce…


⇒ Des marchés uniquement focalisés sur l’international et la géopolitique

  • Les relations commerciales sino-américaines se tendent à l’approche du G20,
  • Tensions au Moyen-Orient : l’Iran dans le collimateur des États-Unis et de l’Arabie Saoudite (attaques en mer d’Oman et crise du nucléaire),
  • Washington intensifie les renvois de migrants, sur fond de grogne politique et sociale au Mexique,
  • L’inde décide dimanche de relever les droits de douane sur une trentaine de produits américains en réponse à la décision de Washington de mettre fin aux avantages douaniers de l’Inde.
  • BCE : Mario Draghi a averti de la vulnérabilité de l’Europe centrale face au conflit commercial.
  • GB – Poursuite du processus de désignation du successeur de Mme Theresa May : Boris Johnson (pro Brexit), futur premier ministre ?
  • Les principaux indicateurs macroéconomiques toujours décevants en mai tant en zone euro, aux États-Unis, qu’en Chine.

Des investisseurs très prudents, en dépit des propos « dovish » (accommodants) de plusieurs banques centrales :

  • FED : la question n’est plus de savoir si la FED baissera ses taux, mais quand et combien de fois en 2019 … Anticipation de75 points de base. La réunion du 19 juin sera cruciale !
  • BCE : la banque centrale n’envisage plus de hausse de taux avant la fin du premier semestre 2020, soit un nouveau différé de six mois. Par ailleurs, des modalités des prêts géants (TLTRO III) seront accordés aux banques entre septembre prochain et mars 2021 (taux : -0,30%).
  • Australie : la banque centrale a entériné une baisse de taux en fixant son principal taux directeur à un nouveau point bas historique (1.25%). Il s’agit de la première réduction du loyer de l’argent depuis août 2016.
  • Russie : La banque centrale a baissé ses taux, dimanche 16 juin : le rouble applaudit.
  • Suisse : possible prochaine baisse des taux.

 

⇒ L’adage « bad news is good news » est plus que jamais de mise

▬ GUERRE COMMERCIALE SINO-AMERICAINE

Les tensions commerciales avec les Etats-Unis commencent à peser sur la deuxième économie du monde. La Chine inquiète.

  • La croissance de la production industrielle chinoise, à 5% en mai, a touché un creux de plus de 17 ans, un chiffre inférieur aux attentes.
  • De même, l’investissement en actifs immobilisés est également moins élevé que prévu.

Donald Trump a une nouvelle fois durcit le ton. « Nous allons soit signer un grand accord avec la Chine, soit ne pas signer d’accord du tout ». Un discours ferme qui se heurte à une position aussi rigide de Pékin.

⇒ L’hypothèse d’une rencontre Trump / Xi lors du G20 organisée au Japon à la fin du mois semble fragile.
Les marchés boursiers restent focalisés sur cette hypothétique entrevue, en espérant une sortie positive, en dépit des profonds désaccords qui perdurent entre les deux puissances.

▬ MATIERES PREMIERES

Pétrole

  • Nouvelle hausse des stocks de brut US (+2,2 millions de barils contre un repli de 1 million attendu)
  • Inquiétudes persistantes sur un éventuel ralentissement de la demande de brut
    ⇒ Le prix du baril chute et se traite désormais pour le Brent à 61 $ et pour le WTI à 52 $.
  • Le WTI cède 4.2% sur la semaine, malgré le bond de 4% jeudi dernier en réaction aux attaques des supertankers, à proximité du détroit d’Ormuz par lequel transite un cinquième de la consommation mondiale.

OR

  • Stabilisation du billet vert, hausse des frictions géopolitiques et emplettes des banques centrales riment avec hausse de l’or.
  • Le métal doré s’adjuge près de 6% en deux semaines, et tutoie à présent des niveaux graphiques clés à proximité de 1360 $.

▬ MARCHE DES TAUX

Le marché obligataire : des rendements au plus bas historiques sur une majorité de dettes souveraines.
Ainsi, à fin mai et depuis le début de l’année, les flux mondiaux sont positifs de plus 158 milliards de dollars pour cette classe d’actifs au détriment des actions.

  • Bund : – 0.26%
  • l’OAT : + 0.08%
  • les pays du sud de l’Europe se traitent également, sur des cours inconnus jusqu’à présent :
    • Espagne : 0.49% sur son emprunt à 10 ans,
    • Portugal : 0.60%.
    • Italie : malgré la tension persistante entre Rome et Bruxelles, le taux italien montre une certaine résilience à 2.32%.
  • USA : le Tbond s’échange également sur une zone basse à 2.06%, prouvant l’intérêt grandissant des investisseurs pour les actifs défensifs. Une baisse prochaine des taux (courts) pourrait permettre de pentifier un peu la courbe des taux…

⇒ De manière originale, quatre pays voient leur référence à 10 ans procurer des rendements négatifs. A l’Allemagne se rajoutent la Suisse (-0.51%), le Japon (-0.13%) et nouvellement les Pays-Bas (-0.08%). Ce clan pourrait bientôt se renforcer par d’autres pays, comme la France.

▬ CONCLUSION

Malgré un rebond technique des marchés début juin, après un mois de mai en forte baisse, les investisseurs continuent à privilégier la prudence en recherchant des valeurs défensives, des obligations d’états ou de l’or.

La réunion du 19 juin ainsi que celles de la fin du mois de juin au Japon seront cruciales pour déterminer la tendance générale des indices. La baisse des taux de la FED, la signature (ou non) d’un accord commercial entre les Etats-Unis et la Chine à Osaka (sommet du G20) seront la clef de voûte, les catalyseurs pour une sortie de crise (ou non) ; crise de croissance dans laquelle les pays du monde entier sont engagés depuis plusieurs mois.

Performances des indices

Avertissement

Cette newsletter hebdomadaire est la traduction subjective d’évènements écoulés dans la semaine, avec un prisme d’analyse court-terme. Il appartient donc aux lecteurs de prendre du recul, de relativiser certains phénomènes en les mettant en perspective sur le long terme.
Ce document constitue une présentation conçue et réalisée par KMH Gestion Privée à partir de sources qu’elle estime fiables (Financière de l’Arc, Zone Bourse, Boursorama, BFM, Bloomberg, Investing.com, Waldata, … pour les principales sources d’information). Il ne peut être utilisé dans un but autre que celui pour lequel il a été conçu et ne peut pas être reproduit, diffusé ou communiqué à des tiers en tout ou partie sans l’autorisation préalable et écrite de KMH Gestion Privée.

Facebooktwitterpinterestlinkedin