POINT MACRO ECONOMIQUE DU 2 AVRIL 2019

« Ah, ça ira, ça ira, ça ira ! »
Une tête pour un accord….


Malgré les craintes sur la conjoncture mondiale, le premier trimestre 2019 se solde par un bilan positif pour les places financières européennes et américaines : + 13% pour le CAC40.… Bien loin du stress de la fin 2018.





▬ ACTUALITÉS MACROÉCONOMIQUES

Un trimestre tout feu tout flamme : des scores flatteurs sur les différentes places boursières.
Les investisseurs ont profité de la pause dans la normalisation monétaire des banques centrales pour intensifier leurs interventions sur les actions qui s’étaient fortement dépréciées.

Et ce, en dépit d’un contexte environnemental marqué par la crainte d’un ralentissement économique, illustrée par les discours très accommodants des banquiers centraux. Les dernières statistiques de la semaine passée militent toujours en ce sens, bien que des signaux positifs émergent… :

  • Etats-Unis : les statistiques ont dans l’ensemble déçu, mais restent toujours plus robustes que celles du continent européen
    • La croissance du PIB au T4 2018 a été révisée à la baisse, à 2.2%, contre 2.6% lors de la précédente estimation.
    • Le marché immobilier a ralenti (permis de construire, mises en chantier, indice Case Shiller en repli).
    • Le moral des consommateurs n’était également pas au beau fixe (baisse de l’indice du Conference Board).
    • L’activité manufacturière a reculé en mars (comme en témoigne l’indice de la Fed de Richmond).
    • Les dépenses et revenus des ménages ont également baissé.
    • Seules bonnes nouvelles,
      • les demandes d’allocations chômage étaient moins importantes que la semaine précédente (-5.000) à 211.000 nouveaux inscrits
      • les ventes de logements neufs ont dépassé les attentes.
  • Europe : des statistiques qui redonnent espoirs après des PMI catastrophiques la semaine passée
    • L’indice Ifo du climat des affaires en Allemagne est ressorti en hausse à 99.6 (contre 98,5 en février).
    • L’inflation outre-Rhin est en baisse à 1,3% en glissement annuel (contre 1,5% précédemment).

Mercredi, Mario Draghi a déclaré que la BCE était prête à reporter le prochain relèvement de ses taux si cela est nécessaire et à alléger le coût des liquidités excédentaires pour les établissements (fin des taux de dépôt négatif (-0,40%) ?).

  • Brexit : La Chambre des communes a rejeté pour la troisième fois vendredi l’Accord de retrait négocié par la Première ministre britannique, qui avait pourtant mis sa démission dans la balance dans l’espoir de le faire enfin ratifier. La Chambre a voté contre un maintien du Royaume-Uni dans l’UE et contre chacune des 8 options « alternatives » d’une sortie de l’UE…

⇒ Vers un 4° vote d’ici le 12 avril prochain ?

  • Chine : Émergence de bonnes nouvelles.

La croissance du secteur manufacturier chinois s’est redressée de manière inattendue en mars, pour la première fois depuis quatre mois, ce qui suggère que les mesures de soutien à l’activité annoncées ces derniers mois par Pékin pourraient commencer à porter leurs fruits.

⇒ L’indice PMI manufacturier officiel s’est établi à 50,5 en mars (anticipation : 49,5).
⇒ Pour le secteur des services, qui représente plus de la moitié de l’économie chinoise, l’indice PMI a rebondi en mars pour s’établir à 54,8 contre 54,3 le mois précédent.


▬ TAUX

⇒ 22 mars : Courbe américaine des taux inversée de 3 mois (2,41%) à 10 ans (2,39%).

Pourquoi cette inversion de la courbe des taux sur ces échéances est-elle si importante pour les opérateurs ?

  • Historiquement, cette configuration est arrivée à sept reprises depuis 1966 et a été́ précurseur d’une récession à cinq reprises, de 5 à 16 mois (en 1973, 1979,1980, 1989 et 2006).
  • Point plus technique à suivre de près. Le graphique des rendements est en réalité́ inversé entre 6 mois (à 2,44%) et 3 ans (à 2,20%). Après 2022, les taux remontent progressivement jusqu’à 2,83% pour le 30 ans.​

Tout ceci semble indiquer que les investisseurs anticipent désormais une baisse des taux de la FED à partir de la fin de l’année pour les remonter par la suite. Baisse fortement sollicitée par la Maison blanche…

Elle répondrait ainsi à la faiblesse passagère de l’activité́ comme elle l’avait fait en 1998 pour éviter une récession. A suivre avec intérêt ces prochaines semaines.

⇒ Cette inversion de la courbe des taux a immédiatement impacté toutes les classes d’actifs dont les taux souverains :

  • Taux allemand à 10 ans : – 0,07% en territoire négatif (plus bas niveau depuis 2016)
  • Taux américain 10 ans : de 2,60 à 2,40% en quelques jours (rendement inférieur au 3 mois)
  • Taux suisse 10 ans : – 0,44% (première place des rendements négatifs !).

▬ MATIERES PREMIERES

  • Pétrole : Trump a une nouvelle fois appelé l’OPEP à augmenter sa production pour mettre fin à une réduction organisée de l’offre mondiale. Ses critiques n’ont toutefois guère secoué les cours du brut, qui progressent de 1,6% sur la semaine. Le WTI se négocie ainsi à 60 USD le baril.

Le prix du WTI a rebondi de 17$ (soit environ +40%) depuis son point bas de fin décembre 2018. Cette hausse correspond exactement à la moitié de la baisse depuis le point haut de 76$ en octobre dernier, et constitue un important palier à franchir.


  • Gold : Résilient malgré l’appétit pour le risque.
    • La Fed comme la BCE étant accommodants, éloignent de ce fait les risques de frictions sur les marchés obligataires, une bonne chose pour l’or, qui ne délivre par définition aucun rendement.
    • Certaines institutions monétaires poursuivent à des rythmes plus ou moins modérés leurs achats d’or. C’est notamment le cas de la Russie et de l’Inde, qui ont récemment annoncé une nouvelle hausse de leur réserve de métal doré.

▬ CONCLUSION

Après le rattrapage effectué sur l’ensemble des indices, le marché se situe dorénavant à la croisée des chemins, partagé entre l’envie de prolonger le rebond et les craintes d’un ralentissement économique mondial.

Les investisseurs doivent faire à présent preuve de discernement, pour analyser :

d’un côté :
× la saga anglaise,
× les statistiques macroéconomiques américaines, européennes et chinoises,

de l’autre côté :
× le ton dovish des banquiers centraux
× et les derniers entretiens sino-américians, qui au dire des responsables au plus haut niveau, semblent être assez « fructueux ».

Et le « Tweet » toujours inattendu de Donald Trump !


Performance des indices




Avertissement

Le « point Macro Economique est la traduction subjective d’évènements écoulés dans la semaine, avec un prisme d’analyse court-terme. Il appartient donc aux lecteurs de prendre du recul, de relativiser certains phénomènes en les mettant en perspective sur le long terme.
Ce document constitue une présentation conçue et réalisée par KMH Gestion Privée à partir de sources qu’elle estime fiables (Financière de l’Arc, Zone Bourse, Boursorama, BFM, Bloomberg, Investing.com, Waldata, … pour les principales sources d’information). Il ne peut être utilisé dans un but autre que celui pour lequel il a été conçu et ne peut pas être reproduit, diffusé ou communiqué à des tiers en tout ou partie sans l’autorisation préalable et écrite de KMH Gestion Privée.

Facebooktwittergoogle_pluspinterestlinkedin