Point Macro Economique du 27 mai 2019

Jeu de l’oie sur les marchés : un pas en avant, deux pas en arrière !

Attention à la case prison…

  • Poursuite de la correction des indices mondiaux.

Les tensions commerciales sino-américaines accrues inquiètent les investisseurs, qui prennent leurs bénéfices.

– Nouvelle semaine baissière sur le CAC 40 (bougie rouge), avec une clôture néanmoins, encore au-dessous des 5300 points… préservant le seuil critique des 5240 points. Une rupture de ce niveau serait un signal pour une baisse plus sensible.
– Baisse généralisée cette semaine sur tous les indices.
– Des indicateurs (WTI, RSI et Macd) confirment tous le retournement baissier en données hebdomadaires.

Existe-il un risque important de revivre le scénario d’octobre 2018 ?

▬ VERS L’ESCALADE DES RIPOSTES OU VERS L’ACCALMIE ?

Genèse d’une dérive, d’un accord commercial qui ne vient pas.

Mars 2018 : début de la guerre commerciale par Donald Trump.
Son objectif :

  • Réduire le colossal déficit commercial des Etats-Unis avec la Chine (379 milliards de dollars en 2018). Pour mémoire, en 2018, la totalité des importations chinoises représentait 540 milliards de dollars.
  • Outre une plus grande ouverture du marché chinois aux produits américains, il exige de Pékin des changements structurels en mettant fin au transfert forcé des technologies américaines, au vol de la propriété intellectuelle ou aux subventions aux entreprises d’Etat.

Mai 2019 :

  • Acte 1 : Dimanche 5 mai, Donald Trump tweet … Il menace de surtaxer de 10% à 25% 200 Milliards de produits chinois importés (en sus des 50 milliards de dollars de biens technologiques déjà taxés à 25%) car il déplore que les négociations pour un accord commercial avancent « trop lentement ». Menace mise à exécution le vendredi 10 mai !
  • Acte 2 : Lundi 13 mai, riposte chinoise de taxer pour 60 milliards de dollars des produits importés des Etats-Unis.
  • Acte 3 : Mercredi 15 mai, Donald Trump signe un décret interdisant aux sociétés américaines d’utiliser les équipements de télécommunication qui représentent un risque pour la sécurité nationale. Si le décret ne mentionne pas d’entreprise, ni de pays en particulier, peu de temps après sa signature, le Département du Commerce a ajouté Huawei à la liste des entreprises visées par celui-ci. Il soupçonne notamment Huawei de vouloir utiliser les futures infrastructures 5G aux Etats-Unis à des fins d’espionnage.

 

  • Acte 4 : Jeudi 23 mai, Donald Trump évoque finalement la possibilité d’inclure l’équipementier chinois dans un accord commercial et repousse de 3 mois la mise en œuvre du décret. Entre-temps, les défections des fournisseurs américains de semi-conducteurs de Huawei se poursuivent….
    Après Google, Intel, Qualcomm, Xilinx, Broadcom, de nombreux partenaires de Huawei (dont ARM) ont arrêté subitement leurs relations avec le 2° constructeur mondial de smartphone (14,4% du marché en 2018, tout comme Apple, mais après Samsung (20%)), mettant ainsi en difficulté ce géant des télécommunications.

▬ BILAN

  • USA : Donald Trump s’en prend cette fois directement à une entreprise technologique chinoise. Il a désormais un levier dans sa guerre commerciale avec la Chine, car Huawei est omniprésent. L’équipementier est actif au niveau des infrastructures réseau dans le monde entier et son expertise va de l’antenne 5G au modem en passant par le smartphone ou l’ordinateur portable. Un business international mis à mal par la perte de ses relations partenaires.
    ​⇒ Réaction : Des élus américains des deux bords (fait rare !) ont proposé un texte de loi pour protéger le futur réseau 5G américain du fabricant chinois.
  • Chine : Si cette puissance souhaitait avancer dans les négociations avec une logique d’opposition idéologique, arguant qu’elle pourrait « faire sans » les États-Unis, les défections des entreprises, américaines, européennes et japonaises, tendent à prouver le contraire. La Chine a néanmoins rappelé qu’elle pouvait jouer sur la consommation des « terres rares », car à l’origine de 90% de la production mondiale … autre levier économique majeur dans la poursuite des négociations commerciales.
    ​⇒ Réactions :
    – A l’instar des américains, un grand mouvement social s’organise et soutient le pouvoir politique dans son bras de fer.
    – ​La Chine dévalue sensiblement sa monnaie… qui deviendra critique si elle déborde la parité de 7 yuans pour 1 dollar ! (Cf. la crise de 2015).

 

  • FMI, OCDE, BCE, toutes les grandes institutions s’inquiètent des répercussions à long terme de cette escalade entre les deux grands blocs et du ralentissement économique induit, qui coûte cher non seulement aux belligérants mais à toutes les autres nations tant le marché est mondial…
    ​⇒ Anticipant ce ralentissement économique pour le second semestre 2019, le cours du pétrole (WTI) s’est effondré de 8%, et l’or a retrouvé sa notion de valeur refuge.

 

Dans le même esprit, le marché des emprunts d’Etats connaît une baisse supplémentaire des rendements.

  • Le Tbond américain : 2.37% … avec de nouveau une inversion des courbes des taux.
  • Le Bund tombe à -0.11%, avec la montée du stress sur le commerce mondial et le Brexit.
  • L’OAT : 0.28% est au plus bas.
  • Le 10 ans suisse affiche un record à -0.45%.

▬ CONCLUSION

Tendance neutre des marchés à très court terme (hebdo).

La guerre commerciale vient de prendre une nouvelle dimension. Une nouvelle ligne a été franchie par le Président américain en amenant le conflit sur le plan technologique.

  • Chaque annonce, chaque surenchère des sanctions pèsent lourdement sur les indices.
  • Les places financières ont subi un retour de l’aversion au risque cette semaine.

 

Donald Trump a indiqué vendredi dernier qu’il restait confiant quant à la signature rapide d’un accord (Cf. discussion fin juin, en marge du G20 ?) : les réélections américaines approchent et les marchés américains ne peuvent donc par trop baisser !…

  • Mais son discours est de moins en moins audible des investisseurs. Ces mêmes investisseurs qui sont à présent de nouveau inquiets par l’instabilité croissante de la zone euro : démission de Theresa May (quid du Brexit ?), élection européenne présentant une plus grande dispersion des partis politiques sans majorité nette, endettement italien, etc.
  • Les investisseurs, indécis, attendent désormais un signal clair (accalmie ou riposte) pour orienter les marchés financiers.

 

NB : le marché américain est fermé ce lundi.

Performances des indices

Avertissement

Cette newsletter hebdomadaire est la traduction subjective d’évènements écoulés dans la semaine, avec un prisme d’analyse court-terme. Il appartient donc aux lecteurs de prendre du recul, de relativiser certains phénomènes en les mettant en perspective sur le long terme.
Ce document constitue une présentation conçue et réalisée par KMH Gestion Privée à partir de sources qu’elle estime fiables (Financière de l’Arc, Zone Bourse, Boursorama, BFM, Bloomberg, Investing.com, Waldata, … pour les principales sources d’information). Il ne peut être utilisé dans un but autre que celui pour lequel il a été conçu et ne peut pas être reproduit, diffusé ou communiqué à des tiers en tout ou partie sans l’autorisation préalable et écrite de KMH Gestion Privée.

Facebooktwittergoogle_pluspinterestlinkedin